Partagez | .


 Rencontre humide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 53
Date d'inscription : 07/08/2018

MessageSujet: Rencontre humide   Ven 14 Sep - 23:01


Rencontre humide








Un soir d'Octobre.


Quelle journée ! Vladislav aurait bien aimé qu’elle se termine, mais bien qu’il se sentait fatigué, l’insomnie le tenait éveillé ! Ou les courbatures, peut-être les deux. Ce matin, pensif, il s’était mal échauffé et subissait maintenant les effets secondaires d’un mauvais entraînements. En plus de toutes ces heures de cours sur ces chaises incroyablement inconfortables, en voilà le résultat, il était trop tendu et même son lit douillé n’y changeait rien. Seule solution : un bon bain ! Problème : ils n’ont pas de baignoires dans leur dortoir. Seuls endroits : le lac, très mauvaise idée. Vladislav se souvenait encore bien trop fraîchement de sa dernière « baignade », ou kidnaping au choix. Ce qui laisse donc comme dernier choix la salle de bain des préfets. En un sens, c’était hyper égoïste pour les autres. Seul les préfets et les capitaines de quidditch y avaient accès, c’était injuste. Ils pouvaient au moins laisser l’équipe y accéder, après tout ce qu’ils faisaient pour divertir l’école ! En même temps, toute l’école n’y passait pas, gros avantages. Comme les préfets étaient peu nombreux, ça permettait de s’infiltrer et d’en profiter avec peu de chances de se faire choper. Du moins les autres jours. Aujourd’hui, il avait juste la poisse, mais nous verrons ça plus tard n’est-ce pas ? Et donc comme très peu connaissait l’existence de cette salle de bain, peu s’y infiltrait, c’était cool ! Solitude et bain chaud, trop la belle vie ! Attendez qu’il trouve la position de la salle sur demande, il va y passer sa vie sans risque de se faire choper ! Mais pour le moment, n’ayant pas mieux, se sera la salle de bain des préfets.

Sac en bandoulière à l’épaule avec son nécessaire de toilette, il se dirigeait discrètement vers la dite pièce, veillant à ne pas faire de bruit et à ne pas se faire attraper. Surtout qu’en bon serpentard, il devait passer du cachot au cinquième étage ! Quelle injustice ! Les gryffondors et les serdaigles pouvaient plus facilement s’y rendre sans se faire prendre. Les serdy encore, ils sont plutôt sages, mais Vlad’ n’appréciait pas l’idée que les gryffons réussissent leurs sales coups sans punitions. Bah oui, c’était toujours les vilains serpents qui prenaient face aux « gentils » gryffondor toujours sages ! On pointait toujours le serpentard en premier. Tss’. Tiens au fait, comment connaissait-il cette salle ? Grâce à Luka bien-sûr, en bon capitaine qu’il était, il lui avait même donné le mot de passe ! C’est pourquoi une fois devant la porte, et bien il put entrer !

C’est ainsi qu’il découvrit la salle de bain, admiratif devant l’architecture, les centaines de robinets qui déversaient de l’eau de toutes les couleurs au bruit semblable à une cascade. Et toute cette mousse ! Bien entendu, comme c’était sa première visite, il ne fut pas étonné de voir les robinets en marche, la baignoire gigantesque déjà remplie et toutes ces p’tites bubulles partout. La mousse et les piliers offraient pas mal de discrétion et de petites cachettes au final. Parfait si un préfet débarquaient, bien qu’il comprendrait plus tard qu’il se ferait choper car normalement la baignoire ne se remplit pas s’il n’y a personne. Se dirigeant vers le petit dortoir ouvert, Vladislav déposa ses affaires sur un banc et commença à se désaper. Il enleva chaussures et chaussettes. Il en était à enlever sa chemise, se retrouvant torse nu, lorsqu’il entendit un mouvement d’eau. Il s’immobilisa. Heu, il n’y a pas de sirènes dans la baignoire hein ? Non parce qu’il n’avait pas hâte de les revoir. Sauf si c’est une jolie sirène comme sur le vitrail ! Là il veut bien ! Eh ! Le jugez pas, même si c’est Vlad’, c’est un mec, adolescent de surcroît ! Son asociabilité ne l’empêchait pas de regarder comme tout gamin de son âge. Bref revenons au bruit. Il se retourna lentement pour voir… la cousine de Kathleen le fixer, nu dans l’eau. Du moins avec la mousse il ne voyait pas si elle portait quelque chose, alors au vu u contexte, il imagina tout de suite la nudité. Rougissant, il se retourna pour lui tourner le dos, question de respect. C’était un homme mais pas un voyeur. Premier problème : c’est une préfète, il allait se faire sermonner et perdre des points. Et zut ! De deux : oops, c’est occupé ! Préférant faire comme s’il ne l’avait pas vu – vous savez comme les enfants : je ne te vois pas tu ne me vois pas - il commença à remettre sa chemise. Du moins essayer, perturbé comme il était, il avait du mal. Mais elle avait quoi cette foutu chemise ! Il stoppa tout geste lorsque la poufsouffle s’adressa à lui. Et oui, ça ne marche qu’avec les enfants cette technique, au bon vouloir de l’adulte ! Vlad’, tu pensais à quoi ? Allez, un peu de courage, tu es un homme oui ou non ? Il était tout de même curieux de voir comment Naeva allait réagir face à cette situation. O joie ! O burlesque quand tu nous prend !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2018

MessageSujet: Re: Rencontre humide   Lun 17 Sep - 23:36
Naeva, venait de passer une journée assez banale. Du moins si on fait fît des regards qu'on lui lançait. Après tout, la jeune femme se trouvait souvent dans les histoires ces derniers temps, du coup son anonymat d'avant était bel et bien terminé. Car, voyez vous en plus de s'être retrouvé au milieu des problèmes de Luka et sa chère cousine, Naeva a aussi été attaqué, pour ainsi dire juste après, attaquée par un scroutt à pétard de quatre mètres de long. Non mais vous y croyez vous ? Tomber sur un tel animal, fallait forcément que ça tombe sur elle. Alors suite à toute ses mésaventures, la petite préfètes des jaunes et noires, après avoir du parler à Kat, qui l'avait aussi prise dans des bras. Oui oui, la demoiselle était choquée par ça, mais bref. La préfète s'était dirigée vers la salle de bain réservé aux jeunes gens avec le même grade ou pour les capitaine d'équipe. Heureusement pour elle, la pièce semblait vide.

*C'est partie... Un peu de détente et de solitude.. Ca me changera des regards et des gens qui sont trop à l’affût ! *


Avant même d'aller se dévêtir, la jeune femme s'activa à ouvrir tout les robinets et laisser se remplir cette baignoire digne d'une piscine. La moiteur du lieu amena une fine pellicule de transpiration sur sa peau. L'hypnose créer à cause des jets d'eau un peu estompé, elle partit en hâte dans un coin afin de retirer ces vêtements qui lui collait à la peau, malgré tout, par mesure de précaution, elle mit son maillot de bain. Bah ouais, elle avait la poisse en ce moment, donc valait mieux prévenir que guérir. Une fois en tenue adéquate, elle couru pour s'enfoncer dans l'eau chaude et noyer ses pensées en nageant sous l'eau. La brune venait de commencer sa 20 eme longueur quand, en relevant la tête elle vit un élève.

* C'est une putain de blague ?... J'ai fais quoi pour mériter cet acharnement ?*

Maudissant le dieu que lui avait apprit à respecter, oui ses grand parents paternels étaient assez porté sur la religion, ou était le problème ? A ouais, Nae est une sorcière, mais bon.. Ca ils le savaient guère. L'intrus, qui par ailleurs n'aurait même pas du avoir accès à ce lieu, ne semblait pas l'avoir encore vue. Afin qu'il ne se se mette pas à poil devant elle, la jeune fille l'observa intensément jusqu'à ce qui la remarque.

*Il est long à la détente celui là.. A bah voilà... Pas trop tôt. *

Le mec venait enfin de la remarquer, il était temps, bon au moins, il eut la décence de se retourner avant de finir sans rien.

Dis moi... C'est Vladislav ton nom, si je me trompe pas ? C'est bien toi qui a aidé ma cousine ?
Pardonne moi, en ce moment j'ai un peu la tête à l'envers. Seulement.. Je ne suis pas assez paumé pour savoir que tu n'es toujours pas capitaine de votre équipe et encore préfet. Alors j'ai une question assez simple.... Qu'est ce que tu fous là bordel ? Tu cherches les emmerdes ?


Elle avait dit ça, sur un ton sérieux, démentit par son sourire discret mais bien présent. Puis après un petit silence, lui adressa à nouveau la parole.

Bon aller.., Je ne te retire pas de point pour cette fois. Alors ne reste pas a, à me tourner le dos, maintenant que tu es présent, au temps que tu en profites. Et t'en fais.. Je ne te sauterais pas dessus. Je resterais loin de toi.

Tout en lui faisant un clin d’œil, elle alla se poster sur l'un d'un bord de la baignoire, laissant l'espace au vert et argent pour qu'il rentre dans l'eau chaude, tout en cessant de le regarder pour qu'il ne soit pas plus mal à l'aise qu''il l'était déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Date d'inscription : 07/08/2018

MessageSujet: Re: Rencontre humide   Mar 18 Sep - 14:01


Rencontre humide








Un soir d'Octobre.


Vladislav arrêta tout gestes lorsque Naeva lui parla. Mince alors, en plus de ne pas pouvoir disparaître comme un enfant, elle l’avait reconnu. Mais étonnamment, malgré sa petite agressivité au début de par sa présence non autorisée, elle fut très gentille finalement, sûrement pour le remercier de ce qu’il avait fait pour Kathleen, sa cousine. Finalement, il y avait du bon d’aider les gens, ça lui permettait d’éviter une punition pour cette fois-ci, et même de tout de même profiter de la grande baignoire -une piscine oui !-. Il avait tourné le regard pour quelle voit ses yeux sans qu’il ne la regarde, fixant un point invisible sur le mur, lui offrant son profil. Il eut un sourire en coin d’amusement à ses questions.

«  C’est plutôt les emmerdes qui me cherchent en ce moment. J’essayais juste de les fuir momentanément le temps de me délasser un peu de tout ça. Je crois que tu es bien placé pour me comprendre sur ce coup là. »

Après tout, on ne voyait pas sa cousine se faire torturer sans en garder un mauvais souvenir et le rôle de préfète n’était pas reposant. Lui avait été touché à cause de Luka qui était son ami, bien que les autres l’ignoraient. Tout ce qu’ils avaient vu après tout, c’était un russe s’opposant au serpentard qui l’avait envoyé rencontrer un mur de force. Ce n’était pas pour faire l’insolant, mais il ne put s’empêcher de lui répondre avec une pointe d’humour. Haussant les épaules, il se déshabilla, gardant son caleçon par respect pour la demoiselle -c’est pas top de se baigner nu quand l’autre était en maillot de bain-.

« Et t'en fais.. Je ne te sauterais pas dessus. Je resterais loin de toi.« 


Il ricana légèrement à l’idée, amusé. Pliant ses affaires soigneusement, il contourna la baignoire, nullement timide en vérité, juste respectueux envers la demoiselle, pour se glisser tranquillement dans l’eau à l’opposée de Naeva, histoire de ne pas trop l’embêter de sa présence. Lui aussi cherchait la solitude, il comprendrait qu’elle ne veuille pas trop de visiteur. Mais comme elle acceptait finalement sa présence, c’est qu’elle n’était pas trop contre, mais il n’abuserait pas.

Lorsque son corps fut immergé dans l’eau chaude, tous ses muscles se détendirent d’un coup et il ronronna presque. S’il le pouvait. Mais ce n’est pas un chat. Alors il émit juste inconsciemment se soupir que l’on fait tous lorsque l’on prend un bon bain chaud après une longue journée, laissant sa tête retomber en arrière, les yeux clos, les bras étendus de chaque coté du bord. Ça c’était le pied ! Il n’oubliait pas Naeva, mais il était de ceux qui faisait leur petite vie dans tous les cas. Après de longues secondes, il fixait à présent le plafond, pensif.

«  Merci. »

Merci d’avoir accepté qu’il reste même s’il n’était qu’un élève, ça lui faisait grave du bien. Il avait murmuré, mais assez fort pour que la pouffy l’entende. Après tout, rien ne l’obligeait à l’inviter à rester, elle ne lui devait rien, même s’il avait aidé sa cousine. Après un autre moment de silence, il ne put s’empêcher de poser une question.

« Comment va Kathleen ? »

De un, ça confirmait les premières questions de la préfète auxquelles il n’avait pas répondu. Oui, il était bien Vladislav et oui, c’est bien lui qui avait aidé sa cousine. Il ne l’avait pas vu depuis l’incident, traînant toujours dans des endroits peu fréquentés. En fait, ils ne se croisaient qu’en cours et parfois à la bibliothèque. Vladislav se remémora la scène, se demandant toujours qui était sa préfète. Elle était troublante de par ses changements de personnalités. Actrice ou skyzophrène ? Qui sait, il n’est pas psy, pas encore. La dernière chose dont il se souvenait lors de la folie meurtrière de Luka avant de perdre connaissance c’était Luka faisant face à Naeva dans une discussion à voix basse que seuls purent entendre. La jeune fille face à lui semblait aller bien, elle ne semblait pas avoir subit le courroux de Luka. Vladislav sentit une petite pointe de jalousie. Lui, son ami, avait eu le droit d’être attaqué sans toucher le garçon, mais elle, elle avait sut le calmer. Quel était le lien entre ces deux là ? Finalement, il ne savait rien de Luka, il ne lui disait rien. A nouveau, il se sentit inutile et agacé d’être si peu aux yeux du sixième année. Mais peu importe, c’était du passé et Vladislav reprenait le cours de sa vie, préférant ignorer tout ça. C’était stupide. Il se souvenait pourquoi il restait seul. Tout ça, c’était juste chiant. Son regard s’était posé sur la sirène du vitrail au dessus de lui. Elle le regardait avec un sourire malicieux tout en coiffant ses cheveux de ses doigts. Elle au moins était belle à regarder, pas comme les sirènes du lac avec qui il avait fait une mauvaise rencontre. Elles avaient un sale caractère celle-là. Les rayons de lune traversait le vitrail et apportait de jolies couleurs chaudes dans la pièce. Lui qui avait la peau si blanche se retrouvait à avoir des reflet de couleur sur son torse, ses bras et son visage au regard bleu glacial, les cheveux humides tirés en arrière dégageant son visage pour une fois. Il semblait partit dans des souvenirs et des pensées qui ,au vu de son expression, devaient être plutôt triste. Toutes ces histoires le saoulaient.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2018

MessageSujet: Re: Rencontre humide   Lun 1 Oct - 11:42
La demoiselle, eut un sourire en entendant les propos, mais surtout le petit rire amusé du Russe qui se glissait dans la grande baignoire. Sans se cacher, elle observa le corps de ce gars qui venait ici sans y avoir le droit. Elle se doutait qu'il allait avoir remarqué qu'elle le détaillait, mais n'en avait cure. Après tout, ce n'était rien de bien méchant, on leur avait avait fait des yeux pour s'en servir non ? Quand il fut installé à son tour dans l'eau chaude de cette piscine, elle se laissa à fermer les yeux, se laissant flotter sur le dos. Comme il l'avait souligné il venait se délasser des problèmes tout comme la brune. Alors autant s'ignorer c'était le plus simple, seulement, sa tête assez en arrière, elle put l'entendre lui demander comment allait Kathleen. Un élan d'agadcement passa dans le cœur de la jaune et noire.

* Forcément... Kahtleen, toujours Kathleen.. A croire que seule elle importe... *

Cela n'était pas totalement faux, c'était sa cousine la fille importante, la rousse et non la brune qui devait représenter et garder sauf la famille sherwood. Naeva n'était rien comparée à cette serpentard, elle l'avait toujours sur, mais cela n'était pas toujours évident à supporter. Se remettant debout, elle tourna les yeux vers le vert et argent qui regardait le vitrail, puis après un inspiration lui répondit, d'une voix relativement amicale mais pas très forte.

Kathleen, est Kathleen, bien entendu qu'elle va bien, je ne l'ai pas trop vue mais je la connais... Rien ne l'affecte très longtemps. Elle reprend toujours très vite le dessus et ne manquera pas de se venger. Elle ou sa famille puniront Luka pour avoir agis de la sorte. Il fut bien idiot de céder à sa colère, bien qu'elle ai, très probablement, été justifié.

Se mordant l’intérieur de la joue, elle se pinça l'arête du nez. Pourquoi racontait elle ça ? Vladislav n'avait pas à être mêlé à ces histoires puériles et dangereuse.

Je suis désolée, je ne t'ai même pas demander comment toi tu allais.. Et je t'ai pas remercié non plus du risque que tu as pris en essayant de l'aider.. Alors.. Merci Wolkoff. Tu n'avais pas à le faire, j'espère sincèrement que tu n'auras plus à te retrouver entre ma cousine et ses ennuis. Au passage, je tiens à m'excuser de ne pas avoir été plus prompte à réagir, ni d'avoir pu t'éviter la réaction de Luka.

La jeune femme s'était rapprochée de son interlocuteur en parlant. Bien qu'ils étaient visiblement seuls, on ne pouvait se fier à quoi que ce soit ici. Suffisait que Mimi Geignarde soit pas loin et elle se ferait un malin plaisir à raconter des ragots dans tout l'école, quitte à déformer les propos des jeunes gens. Une fois assez proche de lui, Naeva vit l'expression un peu taciturne du serpy. Remettant ses cheveux en arrière, elle hésita avant de poser la question qui l'intriguait, mais finit par lui poser, après tout, elle ne risquait rien à lui demander. Libre à lui de lui répondre ou non.

Au fait... Pourquoi as tu agis de la sorte ? Je connais ma cousine, elle n'a pas du t'épargner avant cela. Elle s'en prend à tout le monde, ou essaie de tirer partie de toute personne qui croise sa route. Alors, en dehors du fait évident d'éviter une telle violence, pourquoi es tu intervenus ? J'ai remarqué que tu restais, d'habitude plutôt à l'écart des autres.. Alors, et pardon si ça ne me regarde pas, mais je ne comprend pas... A t'elle quelque choses contre toi ?

La brune posait ses questions avec une sincère inquiétude pour le serpentard, être lié à Kat n'apportait pas grand chose de bon, elle était la première à le savoir. Malgré son attachement à cette fille, la pouffy avait été dans les premières à subir le caractère de la rouquine, alors elle s’inquiétait. C'est alors que dans un murmure, elle énonça l'idée qui germait dans sa tête de poupée.

A moins que... Tu ne faisais pas ça pour elle, mais pour lui... Ou alors tu te retrouves comme moi, entre les deux. Excuse moi... J'abuse un peu avec toutes mes questions et ma sollicitude mal placée. On me l'a déjà dit. Elle sourit. Si tu n'as pas envie de répondre, je ne t'en voudrais pas et te laisserais en paix.. Je.. je devrais te laisser tranquille, pardon vraiment..

Baissant la tête, elle regarda la mousse qui l'entourait, comme pour montrer qu'elle revenait à sa place. Après tout, d'après les rumeurs c'était un sang pur, et elle n'était que de sang mêlé, sa famille ne tolérerait pas qu'elle foute la merde avec la famille de ce Russe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Date d'inscription : 07/08/2018

MessageSujet: Re: Rencontre humide   Jeu 4 Oct - 21:20


Rencontre humide








Un soir d'Octobre.


Le regard de Vladislav était toujours fixé sur le vitrail. La sirène avait remarqué l’attention qu’il lui portait et s’amusait à l’aguicher d’un sourire en coiffant c’est long et épais cheveux de ses fins doigts élégants. Dommage ma jolie, tu n’es pas le genre de l’homme, il n’est pas séduit, mais ça restait joli à regarder. De la belle magie, à nouveau. A croire qu’il fallait un équilibre pour tout. Là où on peut faire les plus belles choses, l’inverse devait forcément se faire en opposition. La magie pouvait être sublime comme monstrueuse. Ainsi l’homme était et l’utilisait. Il sentait également le regard de Naeva sur lui. Sa peau lui picotait presque là où elle se permettait de poser les yeux. Il en était indifférent à vrai dire. Il n’avait jamais été pudique. Lorsqu’il demanda des nouvelles de Kathleen, le garçon ignorait bien entendu que Naeva s’était évanouit, ne lui demandant pas comment elle allait car il ne demandait pas ça juste par politesse et voir l’état d’esprit des gens. Mais Kathleen, elle il l’avait vu dans un sale état. Pensant que, comme de la même famille, ça ferait peut-être plaisir à la poufesouffle qu’il s’intéresse à la santé de Kath’, bien qu’il s’en moquait à vrai dire, il ne put donc savoir que sa question causa de l’agacement chez la demoiselle qui était alors en froid avec la serpentard. Comment aurait-il put le savoir, il n’était pas ami avec eux et ne s’intéressait pas aux histoires des autres. Il avait déjà bien à faire avec lui, et accessoirement avec Luka qui était officiellement son seul ami. Il resta donc immobile, se moquant à vrai dire de la réponse. Il entendit Naeva bouger et lui répondre. Bien entendu, malgré ce qu’elle ressentait, elle fit l’effort d’être gentil avec lui, de lui répondre amicalement. Le garçon ne remarqua donc rien de ce qui se tramait dans sa tête. Cependant, il fronça méchamment les sourcils aux paroles de la pouffy, serrant la mâchoire. Plus il en apprenait, plus il sentait le danger arriver, surtout pour Luka. Ce dernier, sous l’effet de l’alcool, avait fini par lui expliquer dans les grandes lignes se qui se tramait et pourquoi il avait agit comme il l’avait fait. Et que la propre cousine de Kathleen lui confirme ses inquiétudes… Kathleen était dangereuse. Kathleen faisait du mal à Luka. Il avait déjà compris qu’elle n’était pas nette. Au début, il l’a prenait juste pour une folle, mais plus il en apprenait, plus l’image d’elle se transformait en celle d’une psychopathe. Luka a été très idiot de répondre à tout ça comme il l’a fait. Si vengeance il voulait, il aurait pu être plus discret, plus serpentard. Mais Luka était Luka et le passé ne changera pas même si les sorciers en avaient le moyen avec les retourneurs de temps. Il était dangereux de modifier le passé. Ce qui est fait, et fait. Certes Luka était idiot, mais Kathleen n’était pas mieux si elle avait l’intention de se venger. Elle était bien une sang-pure, agissant comme une idiote à la fierté mal placé.Vendetta il y a eu, la balle était au centre non ? Elle avait même fait une trêve avec Luka le temps de picoler au bord du lac. Alors pourquoi vouloir tant réanimer cette folie ? Surtout qu’à nouveau, se fut Luka qui prit le plus. Cette femme était capricieuse. Le genre de personne qu’il aimerait gifler. Vladislav ne dit rien de ses pensées sur ce sujet à Naeva. Après tout, il ignorait que Luka était important aussi pour elle alors sur le moment présent, il n’avait aucune raison de lui dire tout ça. A la suite des paroles de la demoiselle, le russe secoua sa main en l’air comme pour ne pas entendre ses paroles e les dissipant, se redressant, quittant sa position de détente pour se tourner vers le bord et s’y appuyer, ses muscles bandés par un énervement dissimulé, la tête penchée, les yeux clos cachés par quelques mèches de ses cheveux. Il aurait aimé lui dire que lui non plus n’avait pas eu la délicatesse de lui demander comment elle allait. Lui dire que finalement il se demandait si ce fut réellement une bonne chose d’aider kath, jusqu’à se souvenir du pourquoi il l’avait fait. La mâchoire serrée, bien que son état était presque imperceptible, il ne put que dire qu’une phrase, la voix basse et froide comme son pays.

«  Je ne l’ai pas fait pour elle. »

S’il ne l’avait pas fait, Luka serait aujourd’hui un meurtrier. Il avait sauvé son âme, du moins ce qu’il en restait. Avec ce qu’on lui faisait subir, il était proche de la folie. Luka n’était pas aussi fort que Vladislav, mais il avait son ami pour veiller sur lui pour lui, faut-il encore qu’il le laisse faire. S’il était venu le voir, rien ne se serait passé ainsi. Naeva était assez proche de lui maintenant. Relevant son regard vers elle une seconde, il se redressa soudainement, debout, inspirant profondément en coiffant ses cheveux en arrière. Une attitude qui montrait qu’il cherchait à chasser ses pensées. Ce n’était pas le moment. Il ne savait pas trop quoi répondre à la préfète des blaireaux. Pour lui, elle était la cousine de Kathleen, il devait donc faire attention à ce qu’il disait. Il ignorait tout des relations de la jeune femme avec Luka et sa cousine. S’il avait su tout ça, qu’elle se méfiait tout autant que lui de la serpentard et qu’elle cherchait à savoir la vérité sur Luka, il lui aurait peut-être parlé franchement. Il lui aurait révélé ce qu’il se tramait réellement. Le sixième année avait besoin d’amis. Mais il ne le pouvait pas. Il devait continuer à se mettre en sécurité le plus longtemps possible, pour lui, et pour Luka. Il se força à afficher un sourire, voulant sembler amicale comme n’importe quel ado et surtout cherchant à la rassurer.

« Certes, ta cousine, excuse moi de le dire, est assez spéciale. Je ne suis pas très à l’aise avec elle. Mais elle ne m’a rien fait de mal alors je ne vois pas pourquoi j’aurai laissé un élève la tuer. En fait, que ce soit elle ou quelqu’un d’autre, je serai intervenu. Je ne suis pas de ceux qui regarde la scène sans bouger comme si c’était un spectacle. Tuer et torturer reste une mauvaise chose, qu’elle qu’en soit les raisons. Et puis, l’image de la maison serpentard est déjà assez mauvaise pour que je laisse Luka la ternir un peu plus. »


Il afficha un air fière de serpentard qui ne lui ressemblait pas, mais après tout c’était de la comédie. Il n’avait pas menti à Naeva. C’était la vérité. Il ne comprenait pas que l’on puisse laisser un humain faire du mal ainsi sans lever le petit doigt. Les humains sont égoïstes, cruels. Il perdit légèrement son sourire pour parler avec plus de sincérité.

«  Je sais que je suis du genre solitaire, je comprend que mes actions ont dû te sembler bizarre au vu du personnage que je suis. J’évite les humains car je sais de quoi ils sont malheureusement capable, mais je ne sais pas rester immobile lorsque l’on s’en prend à quelqu’un. »

Il en était déjà ainsi à Dursmstrang. Il était conscient que sa réponse était un peu en contradiction avec sa première phrase. Il fronça les sourcils et se permit à son tour des questions plutôt privées pour détourner les pensées de Naeva et l’empêcher de trop analyser ses paroles précédentes.

«  Dis moi, tu sembles avoir une certaine opinion négative de ta cousine, alors pourquoi être intervenu toi-même? Est-ce pour elle que tu es intervenu ? Pourquoi Luka n’a pas levé sa baguette contre toi ? »


Il failli faire la bêtise de rajouter « alors que contre moi oui ». Il était encore trop tôt pour révéler à la cousine de la dangereuse Kathleen ses liens d’amitié avec Luka. Mais à vrai dire, cette image le hantait. Il était presque… jaloux. Pourquoi elle ? Pourquoi elle pouvait le calmer et pas lui ? Qu’elle lien les unissait ? Pourquoi Luka faisait-il confiance à cette fille là où lui n’eut le droit qu’à du mépris ? Non, il devait arrêter de penser à ça. Ils s’étaient réconciliés, et pourtant…. Vladislav ne voulait pas d’amis, il n’aurait jamais dû s’en faire un. Il voulait être seul. Les humains sont des monstres. Seul, on ne souffre que de sa propre solitude, on restait maître de nos émotions, personne ne les manipulait à sa guise. Il détourna le regard, fixant les lumières miroitant sur la surface de manière à cacher son visage de Naeva. Il n’aurait pas dû demander, c’était louche, mais il avait besoin de savoir. Il espérait qu’elle ne se pose pas trop de questions ou qu’il apprenne de quoi se rassurer d’en avoir trop dit à la cousine d’une psychopathe.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2018

MessageSujet: Re: Rencontre humide   Ven 5 Oct - 23:40
Les yeux naviguant délicatement sur le visage de son interlocuteur, Naeva écouta tout ce qu'il avait à lui raconter. Depuis petite, on lui avait apprit à ne pas couper les autres, à ne parler qu'après un certains temps de silence. Elle se devait de faire preuve de ce.. Respect face à tout ceux qui lui étaient, pour ainsi dire, supérieur. Vous pensez aux profs et autres adultes ? Non, bien-sûr que non, ce n'étaient pas vraiment eux les supérieurs, du moins pas aux yeux de la branche magique de son arbre généalogique. Vous imaginez un peu le bordel dans la tête de la demoiselle quand aux diverses et totalement incompatible préceptes et façon d'agir qu'on lui avait inculqué ? Heureusement pour l'ado, tout cela fut compartimenter en elle, sa vie et sa façon d'être chez les moldus d'une part et de l'autre sa « juste » place dans la société magique. Enfin bref, pas ce qui importe à cet instant précis. La brune détailla donc délicatement le jeune homme, laissant plané un doux sourire sur son visage de porcelaine.

Il me cache des choses... Ca se voit... Quelque chose le dérange, comme si il regrettait avouer qu'il n'était pas intervenue pour elle. Il l'a fait pour Luka.. Mon ami, quel lien as tu créer avec le Russe ? Et pourquoi l'avoir attaqué et pas moi lors de ton action idiote et impétueuse ? Je ne comprend pas... *


Quand il avait parler de la réputation de sa maison, la jaune et noire ne put que confirmer silencieusement qu'il n'avait pas tort, mais se retint de rire. Il finit enfin par parler, se dévoilant sans trop en dire. Ce gars semblait doué pour garder les choses pour lui, du moins les choses utiles. Mais certaines mimiques ou contractions involontaires le trahissaient.

*Si on te tournait le dos, ou qu'on n'tait pas réellement intéressé par ce que tu as à dire, les gens ne remarqueraient pas tout ça, tu es presque aussi doué qu'elle... Un vrai serpentard lui aussi, car en plus de tout contrôler chez lui, ou presque, il essaie de parler d'autre chose, de noyer le poisson comme dirait papa.. Pas de chance Wolkoff, je suis vraiment intriguée et tu me pousses à m’intéresser davantage à toi maintenant.. *


Doucement, la jeune femme avança à nouveau et s'appuya de la même manière que son compagnon de baignade, assez prêt pour les croire connaissances de longue date, mais assez loin pour ne pas investir l'espace personnel de cet étudiant.

Et bien... Tu as raison, elle est particulière. Mais je peux t'assurer, qu'elle n'est pas épargnée.. Certes cela n'excuse pas ses actions et je peux dire, bien que mes paroles ne valent pas grand choses, que ce n'est pas une mauvaise personne. Kathleen... Disons qu'elle aurait besoin d'être mieux entourée, même si, elle te dira le contraire et qu'elle fera tout pour rejeter toute personne qui tente de connaître la vraie Kat, cette fille que j'aime, ma cousine, celle qui me changeait les idées et qui savait trouver les mots pour me faire aller mieux quand nous étions jeun. Enfin... Je ne peux plus y faire grand chose …

Cette dernière phrase murmurer, la pouffy se tût quelques secondes, se mettant à songer à la solitude qui l'entourait depuis que sa cousine et elle ne s'adressaient même plus un regard. Ce jour ou les ponts de bois s'étaient écrouler les laissant chacune d'un côté. Secouant la tête, elle reprit sur une chose banale.

Je connais la réputation de Serpentard, mais je ne crois pas que tu y attache une réelle importance. Si tu as fais ça pour Lui, je ne peux que t'en être plus reconnaissante. Lui aussi a besoin de trouver les bonnes personnes sur qui compter. Et le fait que malgré ton discernement sur le comportement humain, tu sois assez noble d'esprit et de cœur pour vouloir faire ce qu'il faut, me prouve que ce petit don juan de pacotille sera bien entouré avec toi.

Elle dit cela sans cacher une once de l'amusement qu'elle éprouvait en pensant aux souvenirs que cette appelation ravivait. Puis, en se crispant, elle s'obligea à répondre aussi sincèrement que possible aux questions directes qu'on lui avait posé.

Je ne sais pas pourquoi j'ai réussi à le calmer. Luka et moi, on a passé du temps à se parler de tout et de rien, à jouer l'un avec l'autre, sans jamais rien faire de vraiment concret. Peut être ais je réussi à le toucher sentimentalement, je parle amicalement , ce qui me suffit aussi sexy soit il. Quoi qu'il en soit, sans trop savoir pourquoi je lui ai fais confiance quand on a commencé à parler ensemble, il jouait mais se montrait sincère et je ne me suis pas cachée non plus. Peut être est ce pour ça. Ou alors, j'ai simplement eu beaucoup de chance de trouver les mots lors de son moment de folie. Une chose que je peux dire, en y repensant c'est que lorsqu'il vous a vue allongé, que sa lucidité lui était revenu, il a été choqué et que de la peine a traverser légèrement son regard. Quand à ma cousine. Pourquoi suis je intervenue ? Et bien c'est ma cousine ! On n'est pas souvent d'accord, on voit les choses différemment, mais on a toujours veillée l'une sur l'autre depuis que nous sommes gosses. Je ne me vois pas rester en retrait si on lui fait du mal, que ce soit mon ami, ou même si c'était mon frère ou ma sœur. Je ferais tout, pour protéger la pauvre âme qui l'attaquerais et elle ! Ou alors j'ai simplement une tendance intrusive, shootée à l'adrénaline, voir même suis je une pauvre fille suicidaire...


Elle éclata d'un rire délicat, après tout, cela était put être vrai, peut être était elle vraiment un poil suicidaire. Après tout, la jaune et noire avait braqué la Sherwood contre elle, pas malin..

Assez parlé de moi, ou des idiots revanchard. Je ne connais pas vraiment la Russie, pourrais tu, si ca ne t'ennuie pas, me parler un peu de ton pays natal ? Ca nous changerais les idées à tout les deux. Enfin.. Quoi que.. Cela ta rendra peut être nostalgique... Si tel est le cas, ne m'en parle pas, mais par Merlin.. Me parle plus de Kathleen, ses frasques et Luka.. Car moins j'en sais, plus il m'est facile de ne plus trop m'approcher d'eux..

Aillant dit ce qui lui passait par la tête, bien qu'en vrai, elle aimait découvrir de nouvelles choses, Naeva se demanda si elle n'avait pas été trop loin. Encore pire elle se maudissait d'avoir laisser échapper la dernière phrase. Pourquoi avait elle laisser ces mots quitter ses lèvres même dans un murmure ? Qu'elle con cette fille par moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Date d'inscription : 07/08/2018

MessageSujet: Re: Rencontre humide   Sam 6 Oct - 18:32


Rencontre humide








Un soir d'Octobre.


Vladislav resta silencieux, laissant Naeva lui parler. Ce qu’elle lui révélait sur Kathleen le rassurait sur ce qu’il pensait aussi de la vipère. Certes elle était folle, mais le russe s’était douté qu’il y avait bien plus derrière cette folie, que la serpentard avait peut-être effectivement besoin d’aide ou d’une personne stable. Il connaissait les familles de sang-pures et ce qu’elles pouvaient causer sur l’esprit de leurs enfants. Il avait une mère cinglée après tout. Seule sa grand-mère en valait la peine à ses yeux, se moquant de toutes « ces conneries de pureté du sang ». Elle était bien trop vieille et en avait bien trop vu pour se soucier de, je cite, « ces futilités ». A dire vrai, cette mode de la pureté du sang était récente, on ne s’en souciait pas avant alors qui peut dire que son sang était encore « pur », s’il pouvait l’être déjà. Mais les familles comme celle de Kathleen faisaient parti de ces conservateurs du « patrimoine sorcier ». Une folie qui a amené plusieurs guerres à ravager le monde à plusieurs reprises. Alors oui, Kathleen aurait peut-être effectivement besoin d’être mieux entourée que d’une famille de cinglés et de mecs qui veulent la tuer. Je ne pense pas que se soit le mieux pour rester sain d’esprit, même si ses relations houleuses étaient de son propre fait – faut le dire, elle avait un sale caractère de diva quand elle s’y mettait et Vladislav préférait l’éviter le plus possible de peur de subir sa folie et son venin, il avait autre chose à faire de bien plus intéressant et ludique -. S’il analysait les propos de Naeva, la préfète des verts et argents n’a pas toujours était ainsi. Quelque chose l’avait changé. Elle était en âge d’être manipulé par les adultes.

Pendant qu’elle parlait, il s’était ré-appuyé contre le bord de la « baignoire », les bras croisés et les épaules détendu. Vladislav émit un léger ricanement nasale aux paroles de Naeva. Effectivement, il se moquait bien de la réputation de sa maison. Il garda un léger sourire à ses lèvres mais son regard se fit plus distant au « lui ». Lui, c’était Luka. Elle avait très bien compris qui il protégeait réellement. Mais la suite de ses paroles le rassura. Elle n’était pas une ennemi de Luka, bien au contraire, ni son ennemi de ce fait. Il n’avait rien à craindre d’elle, Vladislav sentait qu’elle allait tenir sa langue naturellement, comprenant bien plus qu’elle semblait le penser ce qui se tramait et que certaines choses devaient rester secrètes.

« Il en vaut la peine. Derrière son masque public, il est plus que ça. Et au fond de moi, je pense que Kathleen aussi en vaudrait la peine, faut-il qu’elle trouve quelqu’un pour faire tomber son masque. »

Il ignorait comment Luka était avec Naeva, mais avec lui, il était loin du perturbant et séducteur serpentard. Il fixa Naeva dans les yeux, le regard légèrement triste. Il ne reprit même pas ses petites paroles d’humour.

«  Tu es son ami. Ne le repousse pas, pas maintenant. Ne te mêle pas de leurs histoires, c’est mon conseil, mais ne le repousse pas si tu le considères encore comme un ami. Votre complicité sans prise de tête, c’est de ça dont il a besoin. Les histoires entre lui et ta cousine, c’est du venin à l’état pur. Mais autant ta cousine que lui ont besoin de personnes pour … les calmer et les soutenir, même sans parler de tout ça. Justement, il faut impérativement qu’ils cessent de penser à tout ça. Ça va leur coûter la vie si ça continue.Mais je me répète, ne te retrouve pas au milieu de tout ça. »

Sa voix à la fin c’était faite plus dur. Il s’inquiétait un peu pour Naeva. Étant de la famille de la folle, elle pouvait finir par être impliqué, autant prendre les devants et retarder l’échéance. Il fixa à nouveau son regard sur le vitrail à ses derniers mots, pensif. Oui, autant pour Luka que pour Kathleen malgré son comportement, son pressentiment lui disait qu’ils pouvaient changer et être des personnes qui en valent la peine. Puis Naeva lui demanda de parler de son pays. Que dire que dire. Il eut un léger sourire sur les lèvres, repensant à sa belle Russie.

« Il faut aimer la neige, clairement. La Russie est un pays désertique. On occupe qu’une toute petite partie de la Russie car le reste du pays est trop désertique et les conditions de vie s’y font impossible, du moins pour les moldus. On se regroupe surtout près de la frontière continentale, là où les étés se font doux. C’est assez pratique pour les sorciers qui peuvent ainsi occuper des espaces inhabités par les moldus mais vivable grâce à la magie. On peut être nous même sans trop se cacher. Ma famille possède des manoirs dans les forêts du nord. Celui de ma mère se trouve non loin d’un lac et d’une rivière. J’y ai passé beaucoup de temps pour lui échapper, c’est peut-être pour ça que je me préoccupe plus de la faune et de la flore plutôt que des histoires des sorciers, surtout les sang-purs. Dés petit, on apprend à se protéger du froid avec des sorts de réchauffement instinctif. Il y a peu de mortalité chez les bébé sorciers grâce à ça. Les adultes vieillent au bon développement des enfants malgré les conditions. Ce que je préfères, c’est partir plusieurs jours en traîneaux, piquant les chiens de la famille pour grappiller un peu de paix. J’aime beaucoup ce pays. Il offre tellement de paix et de solitude. Si on est assez silencieux, patient, et immobile, on peut avoir la chance de voir des cervidés, des ours, des loups, des renards, même des marmottes se dépêchant de refaire leur nid avant les nuits trop froides. J’ai déjà assisté à un combat entre deux cerfs en rûtes. Ou observé une mère s’occuper de ses oursons qui avaient encore un peu de mal à se déplacer dans la neige, les poussant du bout de son museau pour les aider à certains endroits à prendre confiance en eux et à avancer. Il n’y a pas tout ça ici. Je comprend que vous ayez tant de problèmes. Dans votre pays très urbanisé, vous avez oublié ce qu’était la beauté sauvage, ce qu’était la vraie vie, vous préoccupant de choses si humaine, si futiles, si superficielles. La Russie, du moins pour ceux vivant vers les plaines désertiques, offre assez de dépaysement pour ne pas se soucier de toutes ces histoires de politiciens et de conservateurs des traditions. A dire vrai, la priorité, c’est de se chauffer et de manger. »

Lorsque Vladislav parlait de sa Russie, il avait une expression très douce et paisible, son regard bleu d’acier perdu dans le vide. Tout en parlant, on pouvait facilement imaginer en le regardant qu’il voyait défiler devant lui en souvenir ce qu’il racontait. Il n’avait pas eu une enfance facile, mais apparemment de tout ça en était ressortit de bonnes choses vécus qui lui faisait aimer son pays malgré tout.

«  A Durmstrang, c’est différent. C’est comme ici. On est pris par les règles, les cours. C’est très stricte là-bas, très militaire. On en oublie presque de revenir au source. On nous baigne dans ces histoires de guerres, de politiques, de mages noires, de patriotisme…. Mais quand on prend le temps de s’isoler de tout ça, c’est un chouette endroit. Un peu comme Poudlard, très boisé, avec un lac sur lequel repose notre grand navire de voyage. L’hiver, on a pour tâche de briser la glace comme les moldus, avec des piquets en fer, pour le libérer. C’est assez risqué et assez amusant à la fois. On ne tient pas tous très bien debout sur la glace, ça amène des situations très comiques. Mais l’école en elle-même est plus récente, plus carré et froide que votre château. Il n’est pas très accueillant, il reflète bien l’éducation qu’on y impose. Mais bon, le pays n’étant pas facile de base, en tant que russe né sur le pays, on ne fait pas vraiment attention à ses détails. Je remarque juste les différences depuis que je suis ici entre notre culture et la votre. »

Il pouvait parler des heures de son pays mais s’inquiétait de finir par devenir ennuyeux. Il en avait déjà beaucoup dit, peut-être un peu trop. Au moins, là il avait bien changé de sujet. Il regarda Naeva, voir si elle ne s’était pas endormi pendant son monologue de nostalgique. Voyant que non, il lui adressa un sourire.

«  Désolé. Je parle beaucoup. Pour dire la vérité, je suis toujours étonné quand on me demande de parler de la Russie. Tu es la deuxième personne à le faire à Poudlard. A croire que notre pays est intéressant. J’ai remarqué que vous étiez curieux des étrangers. Vous les anglais avaient toujours aimé l’exotisme, et ça depuis des siècles. Moi je dois bien avouer que je ne m’intéresse pas trop à l’Angleterre. Quoi que je ne m’intéresse pas non plus à la Russie, j’y ai juste vécu. »


Vladislav, dont l’accent russe était toujours bien présent, haussa les épaules avec un sourire d’amusement. On lui posait beaucoup de questions, mais lui n’en avait jamais vraiment. Il se laissait vivre, tout simplement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

{

MessageSujet: Re: Rencontre humide   
Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre humide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Roche Humide implantée?
» Votre atelier...
» retour de DRAGOON 2010
» Waaagh de voleurs de poules (CDA intraclub)
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwart RPG  :: Poudlard :: A l'intérieur du Château :: Cinquième Étage :: Salle de bain des Préfets-