Partagez | .


 "Merci." [PV Naeva Evans]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 95
Date d'inscription : 05/08/2018

MessageSujet: "Merci." [PV Naeva Evans]   Dim 16 Sep - 12:25
"Merci."


[Le mardi 9 octobre, 19h00
Avec Naeva Evans]

Cela faisait trois jours que Kathleen était sortie de l'infirmerie. Elle n'avait pas vu sa cousine depuis l'incident qui avait eu lieu dans le couloir, après le cours de Sortilèges. Même lorsqu'elles avaient été toutes les deux alitées dans la pièce rassemblant les malades et les blessés, elle ne l'avait pas vue, son lit ayant été caché à la vue de tous par un rideau blanc. Madame Pomfresh avait sans doute pensé qu'il serait mieux que personne ne voie l'état déplorable dans lequel se trouvait la rousse. Cette dernière avait tenu à ce qu'elle ne fasse pas disparaître les marques qui étaient apparues sur sa gorge et celles que les profondes entailles qui lui avaient été administrées avaient laissées sur ses cuisses. Certaines d'entre elles étaient d'ailleurs visibles lorsqu'elle portait la jupe anthracite dont son uniforme était en partie composé.

Ce mardi-là, la demoiselle était allée en cours, n'y croisant pas sa cousine. A midi, elle n'avait pas eu le temps de manger plus que quelques fruits qu'elle avait emportés le matin-même, s'étant plongée dans un devoir qu'elle n'avait, à ses yeux, pas terminé (alors qu'elle avait déjà amplement répondu à la question qu'elle se devait d'aborder). L'après-midi, à nouveau, elle n'avait pas croisé sa cousine. Toujours vêtue de son uniforme, elle était allée se réfugier dans la bibliothèque à la fin de ses cours pour y lire bouquin sur bouquin, et ce, jusqu'à l'heure du dîner. Descendant les quelques étages qui la séparaient de la Grande Salle le nez dans un livre, elle ignora les quelques personnes qui la pointaient du doigt et chuchotaient sur son passage. Ceux qui avaient assisté à l'agression dont elle avait été la victime semblaient ravis de pouvoir faire part de ce qu'ils avaient vu à leurs camarades.

Levant ses yeux du paragraphe qu'elle lisait pour descendre les escaliers de marbre qui menaient au grand Hall d'entrée, elle vit que sa cousine s'apprêtait à pénétrer dans la Grande Salle. Rangeant l'ouvrage dans sa besace, elle accéléra le rythme avec lequel elle dévalait les marches. Arrivée en bas, elle courut presque pour rejoindre sa cousine. L'attrapant par le poignet, Kathleen lui fit comprendre qu'elle voulait qu'elle la suive en faisant un bref signe de la tête pour désigner un recoin calme du Hall, juste devant trois armures immobiles. Suivie de près par sa cousine, elle se retourna et, après s'être assurée que les quelques élèves qui s'étaient trouvés devant les portes de la Grande Salle quelques secondes auparavant étaient entrés dans la pièce, elle prit sa cousine dans ses bras, lui offrant une longue étreinte et murmurant dans son oreille :

"Merci."


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2018

MessageSujet: Re: "Merci." [PV Naeva Evans]   Mar 18 Sep - 22:47
Cela faisait un peu plus de un mois que les cours avaient repris. Et il y en avait eu des choses en un mois. L'adolescence apportait un lot de changement chez les jeunes, mais les choses qu'ils affrontaient n'étaient pas toujours de simples broutilles d'ado aux hormones en ébullition et cela les changeaient plus qu'on ne pouvait le croire. Pour cela que la jeune femme qu'était Naeva, passait un maximum de temps seule. Le jeune femme ne supportait plus trop les regards de ceux qui parlait sur elle. Cela n'était pas nouveau, mais là, on déformait un peu trop ce qu'il s'était produit dans le couloir et.. A force elle n'en pouvait plus d'essayer de faire taire les idiots ou de rectifier les inepties, donc la solitude était la meilleure option. Malheureusement, il lui fallait assouvir les besoins primaires tels que les repas ou encore suivre les cours. Ce qui ne l'arrangeait pas vous vous en doutez. Surtout que bien qu'elle fuyait tout le monde, la demoiselle cherchait surtout à ne pas se retrouver auprès de sa cousine ou de Luka. Ces deux là, elle ne voulait plus les voirs pour le moment, et vous vous doutez bien que leur parler ne se trouvait donc pas en haut de la liste de ses envies non plus. Mais bon, pas le choix, l'école, même si elle était grande ne l'était pas assez pour ne pas les croiser au moins une fois par jour. Pas facile pour faire le point. Mais elle faisait avec, la brunette ne montrait pas combien tout ceci l'affectait. Alors comme ces derniers jours, l'étudiante suivit ses cours, répondit aux questions, suporta les demandes des 1ere années qui avaient du mal à prendre leur envol et passa ses pauses à la bibliothèque pour profiter du calme relatif de ce lieu. Quand vint la fin de journée, la jaune et noire alla, comme tout ses comparses, en direction de sa maison. Elle en profita pour passer un petit moment seule, allongée sur son lit dans le dortoir afin de prendre assez de force avant ce bain de foule qui l'attendait.

*Aller c'est partie.. Allons festoyer avec tout ces gamins braillards qui parlent sans savoir.. *

Après un petit passage face au miroir pour réajuster ses épais cheveux bruns et se composé un visage serein, la Evans sortie de son dortoir et du cocon des poufsouffles pour remonter dans le hall d'entrée. Par chance, la majorité des serpy et des membres de sa maison étaient déjà sur place, alors les couloirs du cachots ne résonnait pour ainsi dire que de ces pas. Marchant rapidement, elle ignora les personnes encore dans le hall à discuter et voulu entrer dans la grande salle quand quelqu'un lui prit le bras. Son premier réflexe fut de se dégager mais elle remarqua que cette main appartenait à Kathleen.

*Elle me veut quoi encore ? Elle n'a pas assez mit le bordel comme ça ? *

Quand sa cousine l'emmena à l'écart, elle eut qu'une envie s'en aller et ce fût pire encore quand Kat la prit dans ses bras et qu'elle ne lui dit qu'un simple merci.

* Non mais.... Elle se fout de moi ? *

Se raidissant,elle laissa sa cousine la serrer quelques instants et qu'elle se décide de la lâcher. Quand l'étreinte prit fin, la brune s'écarta d'un pas pour bien regarder cette verte et argent dans les yeux.


Tu n'as pas à me remercier Kathleen, nous sommes de la même famille. Et tu sais aussi bien que moi que je n'avais pas vraiment le choix d'intervenir. J’apprécie que tu viennes me remercier, mais j'allais pas le laisser te tuer ! Quoi que tu es fais, tu ne mérites pas de crever comme ça et d'être ainsi humilié. Cependant... Luka est mon ami ! Et même si il me dit avoir mentit, je suis certaine qu'il ne t'aurait pas ainsi attaqué si tu n'avais pas fait quelque chose d'horrible.

Avant que sa cousine puisse intervenir elle continua sur sa lancée, il fallait que cette fille sache, qu'elle comprenne ce que celle qui pourrait mourir pour elle ressentait là.

Je ne veux pas savoir ce qu'il s'est passé entre vous, c'est à vous de réglez vos différents. Cependant.. Je refuse d'avoir à nouveau être mêlée à votre guerre ouverte. Je t'aime Kat!! Tu es ma première confidente, tu es ma cousine, mais je ne te pardonnerais pas si il lui arrivait quoi que ce soit tu m'entends ? Il va vous falloir trouver un terrain d'entente ou alors l'un comme l'autre c'est moi que vous perdrez. Je partirais sans me retourner est ce que tu prend bien conscience de mes mots ? Est ce que tu peux voir que je ne plaisante aucunement ? Je supporterais le courroux de toute notre famille, je suis capable de supporter beaucoup de chose. Mais si quoi que ce soit se passe, vous me reverrez plus.

Elle savait que la Sherwood n'allait pas apprécier qu'on lui mette un ultimatum comme ça, mais Naeva ne pouvait tout bonnement pas rester sans rien faire. Quitte, comme elle l'avait souligné à subir le courroux de son oncle, sa tante et ses grands parents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 95
Date d'inscription : 05/08/2018

MessageSujet: Re: "Merci." [PV Naeva Evans]   Mer 19 Sep - 19:30
"Merci."


Kathleen n’était pas certaine de la raison qui l’avait poussée à prendre sa cousine dans les bras et à la remercier. Elle avait agi sur un coup de tête, sans réfléchir une seconde à ce qu’elle faisait ou ce qu’elle disait. Non pas qu’elle regrette ce geste, mais se comporter ainsi ne lui ressemblait pas. Cela faisait bien des années qu’elle n’avait pas pris un membre de sa famille dans ses bras. Et voilà qu’il lui suffisait de frôler la mort pour se mettre à étreindre sa cousine. Alors certes, cette dernière s’était interposée dans une attaque qui aurait pu lui coûter la vie, mais ce n’était pas réellement grâce à elle qu’elle avait échappé à la mort. Après tout, c’était le Professeur Ostel qui avait stoppé l’hémorragie qui la vidait de son sang, et non pas sa cousine ! D’ailleurs, elle savait très bien que Naeva n’avait pas agi que par volonté. Cette dernière ne manqua d’ailleurs pas de le lui rappeler en s’adressant à elle, une fois que l’étreinte avait pris fin. La Serpentard écouta sa cousine sans broncher, ne cherchant même pas à prendre la parole durant la courte pause qui avait séparé ses deux monologues. Ce n’est qu’une fois qu’elle fut certaine que la jaune et noir avait réellement terminé qu’elle parla sur un ton tout à fait calme qui contrastait avec la méchanceté de ses propos.

« C’est vrai, nous sommes de la même famille, et je sais que tu n’avais pas le choix. Si tu l’avais eu, tu aurais mieux fait de me laisser crever, ça t’aurait évité de devoir porter plus longtemps ce fardeau que je suis. Tu sais tout comme moi que tu en aurais souffert quelques instants seulement, mais que la délivrance de ma perte en aurait valu la chandelle. »

La rousse semblait être très sérieuse dans ce qu’elle disait. Sur son visage, il n’y avait pas la moindre trace de sourire, d’amusement, ni même de provocation. Il n’y avait qu’une expression pleine de gravité. Elle était très clairement en train de dire à sa cousine de la laisser mourir à la prochaine occasion, lui faisant comprendre qu’elle serait ainsi délivrée du lien qui les unissait contre leur volonté. Elle ne laissa pas le temps à Naeva de répliquer quoi que ce soit. En effet, elle avait encore des choses à dire. Elle reprit donc ce même ton étrangement posé.

« Tu dis ne pas vouloir être mêlée à nos histoires, mais en même temps tu te fous au plein milieu ! Tu ne peux pas forcer deux personnes à s’apprécier l’une l’autre, Eva. Ce qu’il m’a fait, il va le regretter, crois-moi. Quoi que tu me dises, je vais m’en prendre à lui. Je n’en ai pas grand chose à faire, de tes paroles, car je sais qu’elles ne sont rien de plus que ce qu’elles sont : des paroles. Tu ne te foutras pas en l’air juste pour ça. Tu ne disparaîtras pas juste pour ça. Tout au plus, tu t’éloigneras de nous. Tu ne pourras pas t’interposer à chaque fois, tu le sais tout aussi bien que moi. »

Bien que Kathleen soit du genre à savoir s’adapter de manière à dire aux gens ce qu’ils voulaient entendre, elle ne le faisait que lorsque cela lui était, pour une raison ou une autre, profitable. Dans ce cas de figure-là, elle n’aurait pas obtenu grand chose en mentant à sa cousine. Jamais, au grand jamais, Luka Oz et elle ne s’entendraient. Elle avait essayé, en apprenant leurs fiançailles, de rester courtoise avec lui, mais il avait ensuite insulté sa famille... Sa voix, qui était jusqu’alors calme, se fit un peu plus froide, voire méchante, sur la fin de son discours.

« Maintenant que tu sais que tu ne vas jamais nous voir, Luka et moi, trouver sur le long terme un terrain d’entente, que vas-tu faire, Eva ? Mh ? Dis-le moi ! Me tourner le dos ? Tu ne le peux pas. Faut-il que je te rappelle que tu dois me protéger, quoi qu’il arrive ? Je sais très bien que tu peux supporter le courroux de notre famille, mais je sais une autre chose, te concernant, chère cousine, tu ne supporteras pas aussi bien mon courroux, à moi. Vas-y, barre-toi. Je sais que tu es consciente du fait que je le supporterai mieux que toi. Alors va te faire foutre, Naeva. Est ce que tu prends bien conscience de mes mots ? Est ce que tu peux voir que je ne plaisante aucunement ? »

Elle avait sourit de manière sadique en prononçant ses dernières phrases. Kathleen, qui s’était montrée quelques instants seulement auparavant si attachante et chaleureuse était littéralement en train d’envoyer chier Naeva. Cette dernière lui avait lancé un ultimatum ; elle pouvait désormais le voir exploser à son visage. Elle s’était fait prendre à son propre jeu. La rousse n’avait jamais apprécié que les gens la mettent face à un choix qu’ils pensaient qu’elle ne serait pas capable d’assumer. Le fait était qu’elle choisissait au final toujours la pire des solutions, surtout lorsque celle-ci mettait son interlocuteur ou son interlocutrice dans une situation qu’il ou elle tentait d’éviter à tout prix. C’était comme la fois où sa mère l’avait menacée de tuer sous ses yeux son cheval si elle osait mentionner à nouveau Matthew Evans devant son père. Autant vous dire que le beau cheval n’avait pas fait long feu ! Au fond de ses prunelles, une lueur provocatrice s’alluma. Elle avait reprit les mots de Naeva, le lui balançant comme s’il s’agissait de questions insultantes. La Préfète n’aimait pas être prise pour une demeurée, et elle espérait que la Poufsouffle le comprendrait en entendant ses propres interrogations être reprises telles qu’elle les avait dites. Croisant les bras sur sa poitrine, elle afficha un magnifique sourire étrangement chaleureux à sa cousine, l’invitant avec une classe sans pareille à se faire voir.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 29
Date d'inscription : 21/07/2018

MessageSujet: Re: "Merci." [PV Naeva Evans]   Mer 19 Sep - 20:30
Naeva savait pertinnement que sa cousine ne laisserait pas passer ce qu'elle lui avait dit, oser lui faire du chantage et dire qu'elle partirait ne passerait aucunement auprès de la rousse. Et bien pas manquer, en l'écoutant à son tour, sans intervenir, Naeva ne fût pas épargnée par la dureté de Kathleen. La jeune femme dut, par contre, se retenir de lever les yeux au ciel face à certains des mots un peu mélodramatiques qui sortaient de la bouche de cette serpy.

*Et bien... La chose se confirme, elle a bien sa place dans cette maison.. Sa mère serait tellement fière de la voir ainsi.. Affligeant.. *

Quand la Sherwood eut finit, Naeva prit un instant avant de répondre, la fixant plusieurs secondes comme si elle cherchait quoi lui dire, alors qu'elle savait déjà sans doute possible ce qu'elle allait lui raconter.

Kathleen... A ce que je vois, une fois encore tu ne retiens que ce qu' y t’intéresse. Tu n'écoutes que la moitié de ce que je te dis. Mais soit ! Jouons à ça... Seulement, tu sais bien que tes menaces ne m'atteignent pas ! Tu penses que je ne supporterais pas ton courroux ? Ma chère... JE ne suis plus la poupée de porcelaine que j'ai été enfant. Tu peux bien me torturer à mort, tu ne me feras pas changer d'opinion. Ton combat contre Oz est peut être légitime, mais c'est d'une puérilité vraiment... Indigne dirais je... Tu te discrédites, tout comme tu discrédites ton père et votre famille, mais cela ne me regarde pas. Après tout je ne suis qu'une infâme sang mêlée !


Elle la regard, se doutant qu'une fois encore la sang pur lui ferait payer les mots qu'elle lui balançait. Avec un petit sourire, elle reprit de sa douce voix ses paroles qu'elle trouvait juste mais qu'on ne lui pardonnerait pas de sitôt.

Quand à savoir si j'en viendrais à mettre fin à ma vie ? Non, il est clair que je ne songes pas à une réaction aussi désespéré. Tout comme, je ne permettrais jamais qu'on ne te tue. Et bien que je ne sois pas la superbe héroïne qui t'ai soigné la dernière fois, j'ai fais mon possible pour calmer Luka, et certes.. Je l'ai fais par obligation mais surtout car il est hors de questions que tu sois ainsi traité. Alors même si c'est mon ami, je ne pourrais oublier qu'il a osé s'en prendre à toi. Rien à voir avec notre..Lien. Si tu songes cela, il est clair que tu me connais bien mal, ce qui en soit n'est guère étonnant. Pour en revenir à Oz.. Je me doutes que vous n'aurez aucun terrain d'entente, j'aimerais juste que vous ne vous soyez pas tout les jours a essayer de vous entre-tuer. Est ce trop demander que vous aillez un peu de bon sens ?

*On dirait bien que oui... *

Elle commença à s'éloigner de sa cousine en la contournant, puis après quelques pas, la brune se stoppa et fixa son attention sur le dos de la Sherwood. Puis, suite à un discret soupir conclu sa diatribe, sans cachée à quel point tout cela l'épuisait. Ils semblaient refuser de comprendre. Elle se fichait de souffrir, elle ne voulait que peu de choses au fond. Qu'ils ne s’entre-tuent pas, qu'ils cessent d'agir comme des enfants et prennent en compte qu'ils n'étaient pas seuls dans ces histoires qu'ils créaient. Elle reprit donc la parole pour un court instant.

Tu sais... Je te quitterais si je pouvais être sûr qu'il ne t'arrive rien. Mais tu as un comportement de petite fille arrogante qui t'attire des ennuis si souvent qu'il me paraît impossible de pouvoir vivre ma vie à moi. Alors non je ne souhaite aucunement que tu meurs espèce de sotte. Et oui même si je sais ton intelligence et tes capacités, les mots que tu as prononcé sont ceux d'une sotte. Je suis lasse de tout ça. Après.. Si tu veux que je m'éloigne pas de problème, je supporterais les douleurs que ca me fera ressentir, le corps et l'esprit s'habitue à beaucoup de choses, alors je m'y ferais et ne m'en rendrait plus compte à la fin j'en suis sûre. Par contre... Je te demanderais de ne plus aborder si ouvertement, si près des oreilles indiscrètes et stupides de nos amis élèves et professeurs. Tout ceci ne regarde que ta mère, toi et moi. Alors essai de ne plus me parler de ce.. lien. Je t'en serais grée chère cousine. Dernière chose, le va te faire foutre n'est pas très classe dans ta bouche Kat, cependant.. Oui j'ai bien prit conscience de tout, et je devine que tu ne plaisante aucunement tout comme tu sais que moi non plus !

Secouant légèrement la tête de gauche à droite, Naeva ne savait que faire au final. Sa cousine, comme à son habitude se braquait. L'élan de gentillesse et d'humanité avait disparue aussi vite qu'il était apparue. Comment voulez vous réussir à faire comprendre des choses à une personne comme ça ? D'ailleurs pourquoi cette brunette essayait encore de s'expliquer avec cette fille ? Comme si son avis lui importait. Rien ne comptait pour Kathleen Sherwood hormis elle et peut être son père. De ça la Evans en était consciente, mais ne pouvait s'empêcher de se dire qu'un jour celle qui fut sa première vraie amie reviendrait un peu à la raison et verrait que la sang mêlée était sincère..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 95
Date d'inscription : 05/08/2018

MessageSujet: Re: "Merci." [PV Naeva Evans]   Dim 23 Sep - 15:09
"Merci."


Kathleen n’avait pas bougé d’un centimètre en voyant sa cousine s’en aller. Elle l’entendit cependant s’arrêter juste derrière elle et ne se retourna pas lorsqu’elle s’adressa une ultime fois à elle. Ce n’est que lorsqu’elle eut terminé son discours que la rousse se retourna très lentement, son visage n’affichant absolument rien. Se neutralité ressemblait beaucoup à celle de sa mère. Plongeant ses yeux inexpressifs dans ceux de son interlocutrice, elle décroisa ses bras et les glissa dans son dos, tenant de sa main droite son poignet gauche. Se tenant très droite, la tête haute, elle prit la parole comme si elle débitait un texte appris par coeur.

« Voyons, Naeva, tu sais bien que mon courroux, pour t’atteindre, ne sera pas directement visé contre toi... M’en prendre aux gens que tu aimes te feras plus souffrir que n’importe quelle blessure physique que je suis en mesure de t’infliger. Poupée de porcelaine ou non, tu finiras par exploser de l’intérieur. Pour ce que tu as dit ensuite... Tu as raison. Tu n’es qu’une infâme Sang-Mêlé. Alors pourquoi te permets-tu de critiquer une situation qui te dépasse très largement ? Tu n’es pas en mesure de dire que mon comportement est puéril ou indigne, et encore moins qu’il discrédite ma famille, car tu n’en sais strictement rien. Tu ne sais pas comment fonctionnent les relations entre familles de Sang-Pur, et tu l’as dit toi-même, ça ne te regarde pas. Alors évite de t’immiscer dans cette histoire ou de la commenter. »

La rousse n’avait que rarement été aussi dure envers sa cousine. Elle n’avait jamais, jusqu’à ce jour, osé faire allusion devant elle au fait que son sang n’était pas pur. Le fait qu’elle n’ait pas changé l’adjectif qui avait été employé par Naeva elle-même rendait son intervention d’autant plus désagréable à entendre. Certes, Kathleen n’était pas tendre vis-à-vis des sorciers nés de deux parents moldus, mais elle avait toujours été un peu plus clémente avec les sang-mêlés, simplement parce que sa propre cousine en était une. Il fallait croire que ce temps-là était révolu...  Sans laisser le temps à la brune de répliquer, elle poursuivit :

« Pour ce qui est de Luka, tu ne sais absolument pas si nous essayons de nous entre-tuer jour après jour. Tu n’es pas dans nos tête, alors, par le chapeau de Dumbledore, cesse d’agir comme si c’était le cas ! Qui te dit que nous n’avons pas, dernièrement, passé une soirée ensemble sans chercher à nous en prendre l’un à l’autre, décidant qu’il serait bien, le temps de quelques heures, de faire une trêve ? Mh ? Personne ! Tu ne connais pas ma vie, Naeva, et tu ne connais pas la nature de mes pensées. Je te prierais donc de cesser d’agir comme si tu savais tout ainsi que de me donner des conseils qui n’ont pas lieu d’être. »


Non loin de là, quelques élèves étaient en train de s’engouffrer dans la Grande Salle. Comme si la discussion qui était en train d’avoir lieu n’était pas plus importante que cela, Kathleen détourna son regard et suivit de ses yeux verdâtres un élève de Serpentard qui ne semblait pas l’avoir remarquée. Il s’agissait de Vladislav Wolkoff. La rousse ne le quitta pas des yeux, continuant à parler à sa cousine tout en regardant le jeune homme s’engouffrer dans la salle au plafond magique. Elle ne rapporta son attention sur Naeva que lorsqu’elle entama sa dernière phrase. Elle parlait toujours sur un ton calme, presque détaché.

« Je pense qu’il serait en effet mieux que tu t’éloignes de moi. Ça te fera presque des vacances de ne plus avoir à te soucier de ce qu’il m’arrive, même si des brûlures de rappel seront là pour t’indiquer que tu ne remplis pas ton devoir de cousine. J’aimerais presque dire que je suis désolée que tu sois ainsi liée à moi, mais je n’y suis pour rien, et je n’en suis pas réellement navrée, parce qu’au final, je m’en contre-fiche. Je ne vais pas cesser d’agir comme je me dois de le faire, car oui, tu ne le sais peut-être pas, mais pour les membres d’une famille de Sang-Pur, c’est un devoir de punir quiconque ose s’en prendre à eux, que ce soit par la parole ou par les gestes. »


Fidèle à elle-même, elle continuait de parler comme si elle récitait une poésie ou autre chose qui ne la concernait pas personnellement. Lorsqu’elle avait évoqué le potentiel éloignement qui allait suivre cette discussion, Kathleen n’avait pas semblé être touchée par cette malheureuse éventualité. Au contraire, cela semblait lui couler dessus tout comme l’eau coule sur un serpent d’eau. Il était impossible de savoir si elle était réellement indifférente à tout cela ou si elle désirait simplement en donner l’impression. En effet, même au fond de ses yeux, aucune émotion n’était visible. Egale à elle-même, elle poursuivit sans la moindre interruption, toujours sur le même ton :

« Pour conclure... Ce n’est pas à toi de me dicter ce que j’ai le droit ou non de dire. La règle était pourtant claire ; c’est aux autres qu’on ne doit pas en parler. Entre nous, rien ne nous empêche d’aborder le sujet. Et crois-tu réellement, Naeva, que ce que tu penses de mon langage changera quoi que ce soit ? Que tu trouves mes paroles classes ou non, je m’en tamponne. Je t’invite donc à garder tes commentaires pour toi et les gens qui s’y intéressent. Sur ce, je te souhaite une bonne soirée. Ou, devrais-je dire, une bonne vie, sachant qu’on ne va pas se reparler de si tôt. »


Kathleen venait très clairement de déclarer ouverte la guerre froide entre Naeva et elle. Elle l’avait en vérité déjà commencée à partir du moment où elle avait abandonné le surnom qu’elle avait toujours donné à sa cousine pour l’appeler par son prénom complet. Encore un peu, et elle l’aurait presque appelée « Miss Evans » et se serait mise à la vouvoyer. La rousse venait de rompre les derniers liens qui les unissaient. Enfin... Presque tous les liens, sachant que certains, comme celui du sang, ne pouvaient pas être rompus. Tournant déjà les talons, elle commença à s’éloigner de sa cousine.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

{

MessageSujet: Re: "Merci." [PV Naeva Evans]   
Revenir en haut Aller en bas
 

"Merci." [PV Naeva Evans]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Evans Paul dans la tourmente: les deputés parlent...
» La maison de Evans Paul vandalisee par les siens
» NOU TANDE KE EVANS PAUL( KP) SE YOUN NAN EVANTYEL PREMYE MINIS.
» Evans Pau = KP premier ministre
» Evans Paul , retirez-vous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwart RPG  :: Poudlard :: A l'intérieur du Château :: Rez de chaussée :: Le grand Hall d'entrée-