Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | .


 Flagrant délit [PV Kathleen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 8
Date d'inscription : 25/09/2018

MessageSujet: Flagrant délit [PV Kathleen]   Jeu 4 Oct - 22:32
Le mois d'Octobre amenait avec lui les premiers signes de fraicheur hivernale et le vent qui soufflait au dehors ne donnait guère envie de quitter l'enceinte protectrice des murs du château. Cela ne dérangeait guère la demi vélane pour qui les promenades en plein air ne possédaient qu'un attrait restreint. A cette heure ci, la plupart des élèves étaient en cours, mais cet après midi, sa classe avait un trou de deux heures de libre dans l'emploi du temps. Si la majorité de ses condisciples en avait profité pour se détendre en salle commune, ou, pour les plus sérieux, aller réviser à la bibliothèque, Aurore, quant à elle, avait décidé de mettre ce temps à profit pour se livrer à quelques expérimentations.

Installée en tailleur sur le carrelage froid et vaguement humide des toilettes des filles du deuxième étage, l’intrigante Serpentard étalait autour d'elle toute sorte d'ingrédients disparates. Elle avait choisit cet endroit en particulier car il était suffisamment spacieux et qu'il y avait fort peu de chance qu'elle y soit dérangée. L'ensemble des élèves évitaient communément de s'y rendre en raison du principal résident des lieux, la très agaçante Mimi Geignarde, fantôme pleurnichard, paranoïaque et accro au voyeurisme à ses heures.

Si l'esprit pouvait être un problème – Aurore n'ayant guère confiance en sa capacité à garder un secret - la vipère avait réussi à se débarrasser de l'indésirable grâce à un petit bobard inoffensif lâché sur le ton de la confidence. Elle avait prétexté avoir entendu Luka Oz dire qu'il comptait sécher le cours d'histoire de la magie pour aller se prélasser dans l'eau chaude et parfumée du somptueux bassin de la salle des bain des préfets. Il n'en avait pas fallut davantage pour que la revenante morde à l'hameçon et file voir si elle pouvait se rincer l'oeil. Bien sur, Aurore savait qu'il ne lui faudrait pas bien longtemps pour comprendre la supercherie, mais elle espérait que cette idiote spectrale de Mimi serait trop vexée de s'être si facilement faite piégée qu'elle ne reviendrait pas de sitôt.

La demoiselle avait tracé tout autour d'elle un cercle parfait à l'aide d'une poignée de sel fin, et disposé devant elle un assortiment d'éléments incluant un calice, un athamé et un vieil ouvrage ouvert à la page du rituel de magie ancienne que la jeune sorcière tentait de réaliser. Le but, si elle avait compris correctement le bouquin, était de maudire un objet afin de lui conférer certains pouvoirs. D'après la théorie, il convenait de se servir de l'énergie des éléments pour insuffler dans l'objet choisi une part de la volonté du sorcier et lui imposer une finalité. On pouvait ainsi – toujours théoriquement – bénir un collier pour en faire par exemple une amulette de protection ou à l'inverse, le maudire et obtenir un objet empli de magie noire susceptible de blesser ou pire.

Suivant les instructions, Aurore plaça le pendentif qu'elle avait choisi pour l'expérience dans le calice, puis y versa quelques feuilles séchées de Belladone par dessus et enflamma le tout d'un bref Incendio. La flamme fut vive mais la Serpentard l'éteignit presqu'aussitôt d'un habile « Aguamenti » informulé, remplissant ainsi la coupe. La suite indiquait que l'instigateur du rituel devait verser une goutte de son propre sang sur l'objet à ensorceler tout en faisant appel à ses émotions les plus fortes et en se concentrant sur ce qu'il souhaitait obtenir. La demi vélane hésita. Ce n'était pas tant la perspective de s'entailler un peu le doigt qui la gênait mais la seconde partie. D'après le livre, cette étape était la plus importante, et surtout la plus compliquée car la vieille magie était une forme de magie brute basée essentiellement sur les émotions. La plupart du temps quand un sorcier y faisait appel c'était tout à fait inconsciemment. Toutefois, avant que la jeune sorcière n'ait pu réfléchir davantage au problème, elle fut interrompue par le bruit de la porte des toilettes qui grinça en s'ouvrant.

La vipère releva la tête pour dévisager l'importun et son regard perçant se posa sur l'étudiante qui venait d'entrer. Elle reconnut aussitôt la flamboyante préfète de sa propre maison. Evidemment. Sans avoir bougé d'un pouce ou tenter de dissimuler le bordel autour d'elle et ce qu'elle était en train de faire, Aurore jaugea un instant son aînée. Etant l'une des meilleures élèves de sa promotion et passablement discrète, elle n'avait jamais vraiment eu l'occasion d'interagir avec la rouquine si bien qu'elle ne savait franchement pas comment celle ci était susceptible de réagir. Au fond, ce n'était guère important. La demi vélane était bien davantage contrariée à la perspective de devoir interrompre son rituel expérimental que par le risque de recevoir une potentielle remontrance ou punition de la part de la 5ème année. La jeune femme soupira intérieurement. Que venait-elle faire ici, d'ailleurs ? C'était tellement improbable que quelqu'un vienne fiche son nez ici et Aurore se doutait bien que ce n'était vraisemblablement pas pour venir chercher sa petite personne.

« Tu cherches quelque chose ? » demanda simplement la jeune femme d'un ton courtois et parfaitement serein, qui a priori n'aurait absolument pas laissé soupçonner qu'elle venait de se faire surprendre en train de s'essayer à une magie censurée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 95
Date d'inscription : 05/08/2018

MessageSujet: Re: Flagrant délit [PV Kathleen]   Ven 12 Oct - 23:37
"Flagrant délit"


Mardi 23 Octobre

Kathleen était plongée dans un livre, à la bibliothèque, lorsqu'elle fut prise d'une envie pressante. Se levant, elle ordonna à deux Poufsouffles de première année qui se trouvaient non loin de là de surveiller ses affaires. Désirant vraiment finir le chapitre qu'elle était en train de lire, elle emporta avec elle uniquement le bouquin sur lequel elle était penchée depuis des heures. Elle zigzagua parmi les rayons jusqu'à arriver devant la porte de la bibliothèque. Elle était sur le point de sortir lorsqu'un éclaircissement de gorge se fit entendre derrière elle, juste avant que retentisse un :

"Miss ? Que faites-vous ?"

S'arrêtant net, la rousse fit volte-face et se retrouva face à la bibliothécaire qui la regardait tout en haussant ses fins sourcils. Irma Pince était connue pour son caractère strict et tous les élèves de l'école savaient qu'il valait mieux pour eux ne pas l'irriter. Les yeux de Kathleen passèrent de la sorcière vêtue de noir au livre qu'elle tenait toujours ouvert devant elle, puis glissèrent se poser à nouveau sur le visage de la femme qui attendait une réponse de sa part. Comprenant parfaitement ce qui lui avait valu une remontrance, Kathleen expliqua :

"Toutes mes excuses Madame, j'étais plongée dans ma lecture... Serait-il possible que j'emprunte ce bouquin ?"

Elle referma le livre dont il était question et le tendit vers la bibliothécaire qui s'en empara avec soin. "Bien sûr !" répondit-elle tout en se dirigeant vers le bureau qui servait d'accueil. Ouvrant le registre des emprunts, elle y inscrivit de sa plume le titre de l'oeuvre, le nom de la Préfète ainsi que la date à laquelle le bouquin avait été emprunté. Elle précisa, comme à chaque fois qu'un élève repartait avec un livre, qu'il devait être de retour en bon état au plus tard un mois après le jour de l'emprunt. Kathleen acquiesça, récupéra le livre et annonça d'un ton amusé :

"Cela ne va pas prendre plus d'une dizaine de minutes, Miss, mais merci pour le rappel !"


Elle s'en alla alors, rouvrant le bouquin à la page qu'elle était en train de lire avant d'être interrompue. Arrivée dans le couloir, elle se dirigea automatiquement vers un tableau représentant Basile Fronsac, un ancien Directeur de l'école. Sans relever ses yeux du paragraphe qu'elle parcourait, la Préfète annonça : "Apprentissage Assidu". Comme une porte qui tourne sur ses gonds, le portrait pivota afin de dévoiler un passage secret. Il s'agissait de sombres escaliers qui descendaient de manière assez raide.

Comme si elle avait emprunté ce chemin des centaines de fois, et on pouvait presque dire que c'était le cas, Kathleen s'engouffra sans hésitation dans le passage. Rapidement, l'endroit fut éclairé par la faible lumière dégagée par des torches disposées le long du mur. Elle dévala les escaliers et rejoignit bien vite le deuxième étage du Château. En tant que Préfète, il lui était fort pratique de connaître les passages secrets qui lui permettaient de passer rapidement d'un étage à l'autre, surtout pour les rondes qu'elle devait faire.

Marchant tout en lisant, elle ne regardait pas réellement où elle allait, comptant sur les personnes qu'elles croisaient pour ne pas lui rentrer dedans. Lorsqu'elle traversa un spectre, elle frissonna et fit une grimace tout en cessant sa lecture pour lancer un regard par dessus son épaule. Le fantôme dans lequel elle venait de foncer ne semblait pas être outre mesure dérangé par la collision, si on peut appeler cela ainsi. Retenant un soupire, elle poursuivit sa lecture ainsi que sa route. Elle arriva bien vite aux toilettes du deuxième étage.

Peu de filles venaient dans ces toilettes-là, apparemment dérangées par la présence du fantôme qui hantait les lieux. Il était vrai que les gémissements de Mimi Geignarde étaient agaçants, mais ils amenaient au moins une chose : la certitude de trouver des toilettes libres. Kathleen était assez douée lorsqu'il s'agissait de faire abstraction, ce qui lui avait permis, dès sa seconde année, de ne plus être dérangée par la demoiselle décédée qui avait fini par comprendre que la Serpentard ne lui accorderait jamais son attention.

C'est donc en pensant trouver le lieu désert que la Préfète poussa la porte de bois de sa main libre, l'autre étant occupée à soutenir le bouquin ouvert. Seulement voilà : quelqu'un se trouvait là. Une jeune fille aux cheveux presque argentés était installée à même le sol et avait fixé son regards dans ceux de Kathleen. La rousse parcourut rapidement de ses yeux clairs les objets posés sur le carrelage tout autour de la jeune sorcière avant de rapporter son attention sur elle. Laissant la porte se refermer dans son dos, elle entendit Aurore lui demander :

"Tu cherches quelque chose ?"


Comme si de rien n'était, la Préfète détacha ses yeux de la blonde et rapporta son regard sur le livre qu'elle lisait depuis qu'elle avait quitté la bibliothèque. Elle termina la phrase qu'elle n'avait pas finie, laissant ainsi le silence s'installer durant quelques instants. Sa lecture terminée pas plus de dix secondes après, elle ferma le bouquin, provoquant un bruit sourd qui se répercuta contre les murs clairs du lieu. Tout en serrant l'oeuvre contre sa poitrine, elle répondit sur un ton qui semblait être des plus sincères :

"Bien sûr. J'viens rouvrir la Chambre des Secrets."

Bien évidemment, Kathleen se moquait ouvertement de sa camarade. Il était de notoriété publique que le passage menant à la chambre à laquelle elle faisait référence était sellé depuis que le lieu avait été inondé lors de la Grande Bataille de Poudlard. C'était sa façon à elle de faire comprendre qu'il n'y avait pas grand chose que l'on pouvait chercher dans des toilettes en dehors du soulagement que pouvait procurer une vessie vide. Avant même qu'Aurore n'ait pu dire quoi que ce soit, la Préfète avait déjà repris la parole :

"Ce que tu tentes de faire a cinquante pour-cent de chance d'être voué à l'échec. Il a été prouvé que cette magie moyenâgeuse fonctionne uniquement lorsqu'il s'agit de remplir un objet de magie blanche. Le sorcier qui a inventé ça s'est trompé : on ne peut pas transposer à la magie noire ce qui fonctionne pour les autres types de magie... Alors dis-moi, Woodbane : vas-tu poursuivre ton rituel ou l'abandonner ?"


La question de Kathleen n'avait qu'un seul but : découvrir si la Serpentard qui lui faisait face tentait de commettre un acte magique qualifié comme étant sombre, ou si elle faisait partie de ceux qui cherchaient à faire le bien. Son intuition lui disait qu'elle n'avait pas en face d'elle un Angelot, ce que beaucoup de gens pouvaient être menés à croire en se basant uniquement sur le visage angélique d'Aurore. Il était vrai qu'à la voir, elle semblait être une innocente petite sorcière, mais la rousse ne se laissait jamais berner par ce que ses yeux lui montraient.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Flagrant délit [PV Kathleen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» La Kouche en flagrant délit d'islamophobie
» Kathleen Jones
» De surprise en surprise [Kathleen]
» Prise en flagrant délit [pv] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwart RPG  :: Poudlard :: A l'intérieur du Château :: Deuxième Étage-